Et si je vous racontais?

Barcelona, Family, Non classé

img_1304

Un article un peu plus intimiste, j’y réfléchissais depuis un bon moment déjà mais, par où commencer? Puis je me suis dit que je l’écrirai comme il viendrait, comme je le penserai…

3 mois que vous vivons ici à Barcelone, bien trop peu pour vous donner un « bilan » avec le recul nécessaire, mais 3 mois déjà! remplis d’émotions, de satisfaction, d’accomplissement, de soleil, de sourires et tant d’autres choses… Et même si l’on sait où on va, que l’on est préparé, même si l’on fait que chaque jour nous rapproche du but que nous avons, il y aura toujours des choses qui ne se passeront pas comme prévu, des angoisses, du stress… c’est le jeu, on l’a choisi après tout, il faudra faire face. Il y aura l’avis des autres aussi, il faudra croire en nous et ce que l’on fait, notre projet.

C’est un projet à la fois personnel, de couple, et de famille. Nous sommes trois, et depuis le début, nous avons toujours tenu Léonor au coeur de ce changement, nous voulions qu’elle soit au courant de comment tout cela allait se passer, ce que cela allait changer concrètement pour elle au quotidien, des plus, des moins, de tout. Elle a toujours semblé être aussi emballée que nous, et je vous rassure, elle l’est tout autant aujourd’hui!

Nous avons donc pris la décision de ce tournant en mai 2015, commencé les démarches (l’inscription à l’école privée française), la vente de notre appartement était déjà en cours. Une décision soudaine mais naturelle finalement pour moi, pour nous. Je vais donc plutôt vous parler des raisons qui me sont propres.

J’ai 26 ans à ce moment-là, une vie stable, en couple depuis 7ans, notre fille de 3ans, ma famille, mes amis, mon travail stable depuis 5ans, mes collègues que j’adore, bref j’ai construit et j’ai toujours réussi ce que j’entreprenais. Cette vie je l’aime, elle est cool, j’en suis et serait toujours fière, j’y suis bien et confortable. C’est ma vie rêvée, oui, c’est celle que je souhaitais, mon cocon, j’aime le confort et ne pas trop chambouler mes habitudes, mes repères. J’ai donc 26ans et je commence à me demander si c’est cette vie que je vais avoir tout au long de ma vie? C’est con mais oui je savais qu’un jour dans ma vie, quand j’en aurai le courage et l’audace, j’aurai envie d’un tournant, je l’ai toujours su du plus longtemps que je me souvienne, mais je ne savais pas quoi moi-même…

J’avais envie de voir plus grand.

Il faut savoir que j’ai passé presque une vie à part en Espagne au rythme des étés, j’ai appris à parler espagnol dans la rue avec mes amis, j’ai d’ailleurs une véritable famille d’amis à Valencia, ceux avec qui j’ai grandi, ceux qui ont de gros dossiers sur moi… Je passais l’année au collège, puis au lycée, à attendre chaque vacances pour y retourner, à ne vivre que dans ce but, compter les mois, les jours… Pour enfin y arriver et avoir la sensation d’être là ou je devais être. C’est un peu une histoire d’amour, j’étais celle en classe qui écrivait des paroles de chansons de flamenco sur ses cours, à qui on ne demandait même plus où elle partait en vacances l’été, mon msn c’était espanolita… Bref, c’est ce qui fait mon moi, j’ai toujours dit qu’un jour j’irai y habiter, j’avais dit à 18 ans, ce fût à 27.

Un rêve ne s’oublie pas, il s’efface mais il reste là quand même.

L’Espagne, on en parlait tout le temps à la maison, c’était un sujet de presque tous les jours, j’avais transmis l’amour que je lui porte à mon chéri depuis le début de nous, puis à Léonor à son tour: Et pourquoi pas? Et si…? C’était possible mais c’était trop fou, on n’est pas franchement des « voyageurs » chez nous, on a un enfant, c’est gonflé quand même… La vérité c’est que j’étais tout sauf courageuse oui. Mais c’était possible si on voulait. Et si un jour je me réveillais avec des regrets, le regret de n’avoir jamais eu le courage, et que ce soit trop tard? Puis j’ai commencé à y penser tout le temps, on était à un tournant car de toute manière on vendait l’appartement, je me sentais prise au piège des choix de confort que j’avais toujours souhaité, dont je m’étais persuadée: il y avait le choix de la raison puis l’envie, la raison puis la décision qui était là, l’évidence devant mes yeux: j’en crevais d’envie et c’était possible. Pourquoi ça ne le serait pas en fait? c’était plutôt ça la question!

J’ai commencé à y voir plus clair.

Les doutes laissaient place à des sourires, des yeux qui pétillent, le courage de le réaliser, l’excitation, l’aventure sans trop en être, on savait quand même où on partait, on a choisi Barcelone, c’était là ou… pas. Barcelone c’est la grande ville espagnole et européenne (et catalane n’oublions pas!) très bien communiquée, proche de la France, je ne voulais pas non plus me sentir trop loin de ma famille, mais la France correspondait de moins en moins à nos attentes. Barcelone, on ne la connaissait pas assez pour pouvoir y écrire notre histoire, notre nous, mais j’avais assez accroché pour qu’elle me donne envie de la connaître.

Il m’ait toujours été difficile de me projeter, de changer, de prendre des décisions, mais je crois que de toute ma vie, c’est celle qui ne m’a plus jamais fait douter, de quoi ce soit.

J’ai appris à m’écouter, suivre mon intuition, suivre ce rêve, en faire le choix, l’assumer. C’est facile et bien beau de l’écrire, le réaliser, c’est différent. Il faut y croire. Mais vraiment.

Ce n’est pas toujours bien vu de faire ce choix dans sa vie, et ça n’a pas plu à tout le monde autour de moi, c’est un choix personnel, forcément égoïste. Il y a ceux qui sont contents pour vous, ceux qui vous attendent au tournant, ceux qui pensent que c’est une grosse connerie. Peut-être bien que oui, ou peut-être pas, qui sait, ma plus belle connerie aurait été de ne jamais tenter quoique ce soit dans ma vie, ne pas oser prendre ce que j’aurai pu. Et si on laissait aux gens le droit d’essayer? de réussir? de se planter?

Ce que je sais pour l’instant, c’est que je suis là ou je souhaite être, on est bien et heureux, on a même pas tant eu l’euphorie de l’arrivée tant ça nous semblait logique et normal. Pas de bilan, on construit pour le moment. 3 mois, c’est court mais il s’en passe des choses à la fois, 3 mois sans un seul regret pour autant, sans manque du pays. (sauf les quenelles de Lyon aha!) Bien sûr que dans un monde idéal, on mettrait tout ceux qu’on aime dans une valise pour les avoir toujours avec nous, dans la vie normale, ils nous manquent parfois. J’ai fait le choix de rentrer le plus souvent possible, autant que je le peux, pour Léonor, pour ma famille, et pour moi: la distance n’existe que si on le veut.

 

Par dessus tout, croyez en vous, ça marche vraiment.

 

 

 

 

Publicités

12 réflexions sur “Et si je vous racontais?

  1. Je suis admirative, joli texte! Prenez soin de vous et continuez à nous faire partager vos petites histoires, comme tu dis la distance est là que si on le veut!!! Vite qu’on se retrouve autour d’un goûter pour se raconter tout ça✌🏼️💪🏼👏🏼😘

    J'aime

  2. J’ai adoré ton petit article… c’est une belle aventure de vie qu’on ne vit pas deux fois8 vous avez eu raison de sauter le pas tous les trois… il me semble au vu de tes jolies photos que la vie y est très belle au soleil!!
    bonne route à tous les trois.

    J'aime

  3. Très bel article ! Je suis super contente de le lire, j’ai l’impression de ne pas être seule à vouloir changer de vie. Tu me confortes dans l’idee de réaliser ses rêves, malgré les avis négatifs des gens autour de nous… Belle vie à toi et à ta famille en Espagne

    J'aime

    1. bonjour et merci pour ton petit message! il faut oser c’est sur et assumer ses choix, pas toujours facile, et encore moins à faire, mais ta vie t’appartient, tes décisions avec! je te souhaite bonne continuation et n’hésite pas si tu as besoin de conseils 😉 à bientôt!

      J'aime

  4. Le rêve de mon fiancé partir pour Barcelone la ville qui lui fais tant rêver . J’ai les yeux qui pétille en lisant ton texte j’ai l’envie mais à la fois un peu peur. Peu être un jour on sautera le pas.. originaire de Valence sa ne fais pas une si loin distance..
    Avant de vous y installé vous aviez un travail sur Barcelone ?
    Bonne et exellente continuation 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s